E-F


E-F

Posted on janvier 12th, by Webmaster in E-F. Commentaires fermés sur E-F

E – F

Écho, suivi de Epistolè Alexandroy, Le Collet de Buffle, 1975 (2nde édition in Écrits de l’éphémère, Galilée, 2005).
Écrits de l’éphémère, avec Valerio Adami, Galilée, 2005.
L’Enfant au visage couleur de la mort, Galilée, 2006 (2nde édition de Le Secret du domaine).
Les Escaliers de Chambord, Gallimard, 1989 (Gallimard folio, 1991).
Ethelrude et Wolframm, Claude Blaizot, 1986 (2nde édition définitive, Galilée, 2006).
L’Être du balbutiement, Mercure de France, 1969 (2nde édition augmentée d’une « Postface de 2014 sur la pactio antique », Mercure de France, 2014).

Les Fantasmes de la nuit, avec Marie Morel, Éditions Chalut-Mots, 2008.
La Frontière, Michel Chandeigne, 1992 (Gallimard folio, 1994).

 


Les Fantasmes secrets de la nuit

Posted on janvier 11th, by Webmaster in 2007-2014, E-F. Commentaires fermés sur Les Fantasmes secrets de la nuit

Préface de Pascal Quignard. Avec Marie Morel, Éditions Chalut-Mots, 2008.


Écho, suivi de Epistolè Alexandroy

Posted on janvier 11th, by Webmaster in 1969-1978, E-F. Commentaires fermés sur Écho, suivi de Epistolè Alexandroy

Écho, suivi de Epistolè Alexandroy, Le Collet de Buffle, 1975 (2nde édition in Écrits de l’éphémère, Galilée, 2005).


La Frontière

Posted on juin 19th, by Webmaster in 1986-1994, E-F. Commentaires fermés sur La Frontière

           

La Frontière, Michel Chandeigne, 1992 (Gallimard folio, 1994). 2nde édition chez Chandeigne, 2014.
 

« Le roi dit: “Il est possible que les œuvres d’art soient le fruit des vengeances. Un de mes compagnons s’est peut-être venge malgré l’interdiction que je lui avais faite […]. Le désir nous affole tous les jours et sa carence nous abandonne aux ombres. Et il est vrai que les ombres sont bleues. C’est pourquoi je suis venu avec vous jusqu’ici.»

Pascal Quignard

 

 Lien vers l’éditeur http://www.editionschandeigne.fr/ShowProduct.aspx?id=84&title=La-frontiere-%28recit%29-[&%C2%A0les%C2%A0azulejos-du-palais-Fronteira]
 

 Lien vers l’éditeur
 


Écrits de l’Éphémère

Posted on juin 19th, by Webmaster in 1995-2006, E-F. Commentaires fermés sur Écrits de l’Éphémère

 

Écrits de l’éphémère, avec des dessins originaux de Valerio Adami, Galilée, 2005. 

Présentation :

« Le 22 mars 1968 j’étudiais la philosophie à Nanterre auprès d’Emmanuel Levinas. Fin mai et début juin j’écrivis un livre que je consacrai à la Délie de Scève. En juillet je l’adressai par la poste aux éditions Gallimard. Je pris le train vers la Loire. Je repris l’orgue d’Ancenis. Louis-René des Forêts, Michel Deguy, Raymond Queneau acceptèrent le livre. Je revins à Paris. Louis-René des Forêts me présenta à Aimé Maeght et me fit rencontrer ceux qui animaient avec lui la revue L’Éphémère : André du Bouchet, Jacques Dupin, Gaëtan Picon, Yves Bonnefoy. Michel Leiris et Paul Celan me proposèrent de traduire des œuvres anciennes.

Il est vrai qu’il m’est arrivé d’appuyer sur le bouton de sonnette.
J’ai appuyé. J’ai appuyé.
Je ne puis nier que la porte se soit ouverte sous … Read More »


Les Escaliers de Chambord

Posted on juin 18th, by Webmaster in 1986-1994, E-F. Commentaires fermés sur Les Escaliers de Chambord

    

Les Escaliers de Chambord, Gallimard, 1989 (Gallimard folio, 1991).
 

Un homme a froid parce qu’il a oublié un ancien prénom. Il collectionne sur la terre entière tout ce qu’une main d’enfant peut étreindre. A Rome. A Tokyo, à Paris, à Londres, Édouard Furfooz vend des vieux jouets, des poupées, des miniatures, des dessus de tabatière: il vend les dons des Saturnales.
Arrive le solstice d’hiver, où tout ce qui est petit est aimé, où les jours sont les plus courts.
Alors que l’année, le feu, le soleil se préparent à revenir, c’est un intense amour qui revient.
Pascal Quignard
 

Lien vers l’éditeur http://www.folio-lesite.fr/Catalogue/Folio/Folio/Les-escaliers-de-Chambord

http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Blanche/Les-escaliers-de-Chambord

 

 
 


Ethelrude et Wolframm

Posted on juin 18th, by Webmaster in 1986-1994, E-F. Commentaires fermés sur Ethelrude et Wolframm

Ethelrude et Wolframm, Claude Blaizot, 1986 (2nde édition définitive, Galilée, 2006).
 

PRÉSENTATION

« “Ethelrude redressa brusquement la tête et lui répondit, elle même sans hausser la voix :
– Wolframm, pourquoi le désir, l’envie, la peur, l’angoisse ne se sont-ils jamais, au grand jamais, séparés ?
Le visage de Wolframm pâlit tout à coup. Il se couvrit d’une sorte de buée. Un rayon de soleil vint se poser sur son nez et l’œil droit. L’arête de son nez luisit dans l’ombre. Wolframm se tut quelques instants. Puis il dit :
– J’ai plus difficile, Ethelrude.
Les épaules d’Ethelrude s’inclinèrent subitement, avec une petite secousse. Wolframm s’approcha d’elle. Wolframm se baissa et lui dit en chuchotant :
– Ethelrude, pourquoi chacun a-t-il honte de ce qui est commun à tous ?”

Ethelrude et Wolframm fut composé par François Da Ros en 1985, tiré à 135 exemplaires et proposé par Claude Blaizot à … Read More »


L’Enfant au visage couleur de la mort

Posted on juin 18th, by Webmaster in 1995-2006, E-F. Commentaires fermés sur L’Enfant au visage couleur de la mort

   

L’Enfant au visage couleur de la mort, Galilée, 2006 (2nde édition de Le Secret du domaine, publié en 1980 avec des illustrations de Jean Garonnaire aux éditions de L’amitié).

PRÉSENTATION

« “Ah ! Vieille ! À qui je parle je réponds. Je marche avec lenteur parce que c’est mon dernier voyage de vivante. Je regarde avec attention tout ce que je vais perdre. Je regarde ainsi le ciel et les champs. J’entends ainsi les oiseaux et l’air résonner dans les feuilles des hêtres. Je respire ainsi l’air et le vent qui passe. Ainsi je te parle et ainsi je te salue car là où je vais, là est la mort, et là ni le ciel ni les champs ne s’étendent, ni l’oiseau ne chante, ni les feuilles ne bougent, ni l’air ni le vent ne passent. Là les lèvres ne se desserrent pas … Read More »


L’Être du balbutiement

Posted on juin 16th, by Webmaster in 1969-1978, E-F. Commentaires fermés sur L’Être du balbutiement

 

L’Être du balbutiement, Mercure de France, 1969 (2nde édition augmentée d’une « Postface de 2014 sur la pactio antique », Mercure de France, 2014). 
 

Pour comprendre, pour lire Sacher-Masoch, il faut  d’abord se débarrasser de l’équivoque du masochisme et des interprétations cliniques ou philosophiques qu’on en a données. Reste alors une parole, dont l’être n’est pas affirmation, nomination claire et consciente de soi, mais balbutiement. La recherche de l’être de Masoch devient alors une sorte d’enquête étymologique, qui recourt aussi bien é l’étude des racines grecques et latines qu’à des sortes de parenthèses – sur Heidegger ou le Roman de Renart — permettant d’approcher, comme des ruses de guerre de l’esprit. L’énigme masochienne. Ainsi Pascal Quignard développe-t-il un discours qui n’est ni psychanalytique ni structuraliste, ni historique ni marxiste, mais dévoilement d’une lecture indépendante, elle-même insérée dans le vaste discours des … Read More »