Le Sexe et l’effroi

SexEffroi_1eCouv

Le Sexe et l’effroi, Gallimard, 1994 (Gallimard folio, 1996).

Quand Auguste réorganisa le monde romain sous la forme de l’empire, l’érotisme joyeux, anthropomorphe et précis des Grecs se transforma en mélancolie effrayée.Des visages de femmes remplis de peur, le regard latéral, fixent un angle mort.
Le mot phallus n’existe pas. Les Romains appelaient fascinus ce que les Grecs appelaient phallos. Dans le monde humain, comme dans le règne animal, fasciner contraint celui qui Voit à ne plus détacher son regard. Il est immobilisé sur place, sans volonté, dans l’effroi.
Pourquoi, durant tant d’années, ai-je écrit ce livre?
Pour affronter ce mystère: c’est le plaisir qui est puritain.
La jouissance arrache la vision de ce que le désir n’avait fait que commencer de dévoiler.
Pascal Quignard

http://www.folio-lesite.fr/Catalogue/Folio/Folio/Le-sexe-et-l-effroi

TABLE DES MATIÈRES  

Avertissement                   9
1. Parrhasios et Tibêre    14
II. La peinture romaine  50
III. Le fascinus                  74
1V. Persée et Mëduse     107
V. L’érotisme romain       124
V1. Pétrone et Ausone     147
V11. Domus et villa      157
VIII. Médée                 186
IX. Pasiphaé et Apulée    204
X. Le taureau et le plongeur  219
XI. La mélancolie romaine     255
XII. Liber     257
XIII. Narcisse           274
XIV Sulpicius et les ruine: de Pompéi   296
XV. La villa des Mystères                    312
XVI. Du taedium à l’acedia                  341

Lien vers l’éditeu