La Nuit sexuelle

 

La nuit sexuelle - Pascal Quignard - - 9782080116208                 NuitSex_1eCouv

La Nuit sexuelle, Flammarion, 2007 (Éditions J’ai lu, 2009).Quand on sonde le fond de son cœur dans le silence de la nuit on a honte de l’indigence des images que nous nous sommes formées sur la joie. Je n’étais pas là la nuit où j’ai été conçu. Une image manque dans l’âme. On appelle cette image qui manque « l’origine ». Nous cherchons cette image inexistante derrière tout ce qu’on voit. Je cherche à faire un pas de plus vers la source de l’effroi que les hommes ressentent quand ils songent à ce qu’ils furent avant que leur corps projette une ombre dans ce monde. Si derrière la fascination, il y a l’image qui manque, derrière l’image qui manque, il y a encore quelque chose : la nuit. Il y a trois nuits. Avant la naissance ce fut la nuit. C’est la nuit utérine. Une fois nés, au terme de chaque jour, c’est la nuit terrestre. Nous tombons de sommeil au sein d’elle. Comme le trou de la fascination absorbe, l’obscurité astrale engloutit et nous rêvons en elle. Et si c’est par la nuit qui est en nous, interne, que nous nous parlons, c’est dans la nuit externe, quotidienne, qui semble à nos yeux venir du ciel, que nous nous touchons. Enfin, après la mort, l’âme se décompose dans une troisième sorte de nuit. La nuit qui régnait à l’intérieur du corps se décompose à son tour dans un effacement que nous ne pouvons anticiper. Cette nuit n’a plus aucun sens pour s’aborder. C’est la nuit infernale. Ainsi y a-t-il une nuit totalement sensorielle qui précède l’opposition astrale du jour et de la nuit. Nous procédons de cette poche d’ombre. L’humanité transporta cette poche d’ombre avec elle, où elle se reproduisit, où elle rêva, où elle peignit. Elle pénétra irrésistiblement dans les grottes obscures où elle tourna son visage vers des écrans blancs de calcite sur lesquels des images involontaires surgissaient et se mouvaient par la projection de la flamme d’un flambeau. Des millénaires passent. Elles continuent de défiler dans des salles étranges, édifiées dans le sous-sol des villes, où la ténèbre n’est plus divine mais produite artificiellement.

Pascal Quignard, 2007

Lien vers l’éditeur http://www.jailu.com/albums_detail.cfm?id=36194

TABLE DES MATIÈRES  (édition de poche)
AVANT-PROPOS          7
DIDON ET ÉNEÉ         15
LA SCÈNE INVISIBLE…23
LOT ET SES FILLES     31
NOÉ ET SES FILS……..37
NOLI ME TANGERE       43
MARIE MADELEINE…….49
NYX ET NOX                 55
LE SOMMEIL ET LES SONGES………..63
GOLGOTHA           77
SAINT AUGUSTIN….83
LES ENFERS            89

LES FAUVES            95
SATURNE              105
LE VOYEURISME     113
ACTÈON ET DIANE………. 119
MARS ET VÉNUS          125
BAUBÔ  ET DÉMÉTER           131
UNE  SCÈNE FRANÇAISE             137
UNE SCÈNE PRIMITIVE CHINOISE      145
L’ORIGINE DU MONDE………..149
L’ORIGINE DE LA PEINTURE   161
ÊROS ET PSYCHÈ                  171
LÉANDRE ET HÉRO…………… 177
LA DERNIÈRE IMAGE…………….. 183

LA QUATRIÈME NUIT                189
ESTO ES LOQUE HAY…………… 197
TABLE DES ILLUSTRATIONS…….205